Tu es ici Accueil » Notes pour plus tard » Et si… je devais accoucher à la maison [VI#02]

Et si… je devais accoucher à la maison [VI#02]

Ce dimanche devait ressembler aux autres, et pourtant… Je me suis levée vers 9h30, supapapa et supabb, affalés sur le canapé,  en train de jouer. Je m’en vais préparer mon petit déjeuner et mon oeil est soudain attiré dehors par des gyrophares o_O
Je m’aperçois qu’un camion de pompiers est garé devant chez nos voisins d’en face. Un peu paniquée,  oui mon 2ème prénom c’est empathie, je préviens mon homme, et je pense à ce qui a pu arriver, ils ont une petite fille, j’espère que ce n’est pas pour elle !
Je termine mon déjeuner,  je vais me préparer,  on doit aller au marché ce matin. Je repasse devant la fenêtre et je vois toujours ce camion… et 2 voitures du SAMU !
Là je m’inquiète 2 fois plus, je pense à supabb, j’imagine que ça pourrait être lui.
Finalement, au bout d’une bonne heure, la porte des voisins s’ouvre, la voisine allongée sur un brancard.  Et là je comprends ! Elle était enceinte, on l’a croisé pas plus tard qu’hier avec son mari, et voilà qu’aujourd’hui elle accouche chez elle 🙂
Nous avons pris de rapides nouvelles pour savoir si tout allait bien, et oui. Ouf !!!! Soulagement et joie.
Moi je dis c’était un beau jour pour venir au monde, ciel bleu, grand soleil, une douceur de printemps.

dimancheAuSoleil
Et nous voilà parti pourfaire le marché.
Forcément,  on reparle de la voisine, on se dit que ça a du être impressionnant et rapide. J’ai souvent entendu que pour le second, tout allait beaucoup plus vite. Mais du coup est ce que je vais aussi devoir accoucher chez moi pour bb2 ??? Nous habitons à environ 25 min de la mater, et si c’était trop loin ? Il y a encore peu, on parlait des hôpitaux qui fermaient et qui laissaient derrière eux des personnes qui n’auront plus accès aux soins à moins de 30 min de chez eux, on parlait de ces femmes qui se retrouvent dans des situations difficiles pour choisir leur maternité (quand elles ont le choix) et forcément des risques liés à cela.
Je sais que, si je peux, si j’ai le choix, je ne souhaite pas accoucher dans la même maternité que pour supabb. Peut importe les raisons, là n’est pas la question. Par contre je n’ai pas envie d’accoucher chez moi, là aussi c’est un choix. Je pense que même bien accompagnée,  il existe un risque pour la mère et l’enfant.
J’ai essayé de me mettre à la place de ma voisine, la panique qu’elle a pu ressentir, la panique de son mari. Réussir à gérer la douleur dans ce moment.
Pour moi la solution serait une maison de naissance, parce que c’est comme notre maison mais avec cette sécurité de savoir qu’on est entouré pour que tout se passe au mieux.
Je sens qu’avant de nous lancer dans les essais de bb2, on va bien se renseigner sur ce qu’il est possible de faire autour de chez nous ^^
Je sais que certaines prônent le retour de l’accouchement à domicile et que bien sûr il ne faut pas qu’il soit improvisé.  D’ailleurs je suis tombée sur cet article qui fait un débrief du reportage diffusé par France2 le 8 avril dernier sur l’accouchement à domicile. Il a été écrit par Sophie Gamelin, elle est consultante en périnatalité et donne son avis sur le sujet. L’article a été relayé par la page Facebook du magazine l’enfant et la vie [que je t’invite à découvrir si tu connais pas ;)]

Je cite :

L’accouchement à domicile (aad) n’est pas une pratique venue d’Europe du nord. Il a toujours existé en France. C’était la norme avant les années 1950, puis massivement (pour toute une liste de raisons trop longue à développer ici) les femmes ont été accoucher à l’hôpital. Toutefois l’aad accompagné d’une sage-femme a continué d’exister pour une minorité. Et c’est une possibilité encore aujourd’hui. Mais comme d’habitude, les médias aiment le “sensationnel” ils incluent dans ce reportage une histoire singulière, celle d’une femme qui a accouché *dans son jardin* (eh oui, être chez soi ne veut pas forcément dire *dans son lit*). Et comme le souligne le présentateur c’est *moins médicalisé*, forcément ! -Sophie Gamelin-Consultante

Sur ce point je suis d’accord, quand on parle aujourd’hui d’accouchement à domicile, malheureusement on montre le côté sensationnel, et on cherche toujours l’histoire dingue de la jeune femme qui accouche dans ses toilettes ou dans son escalier -_-

Il est fait en toute conscience et puis ce n’est pas illégal. On a le droit de disposer de son corps. Moi c’était vraiment ça, je voulais pouvoir accoucher comme je l’entendais, et malheureusement c’était pas possible en structure. -Delphine Massoni-Maman

Tout est là ! Avoir le CHOIX, pouvoir « disposer de son corps », trop de femmes ont oublié qu’elles pouvaient choisir leur accouchement, et que non, nous ne sommes pas obligées de s’inscrire dès les premiers mois en maternité pour définir un projet de naissance qui ne sera pas respecté. Je reviens juste sur le choix de la position, je me souviens, que lors de mon accouchement, j’ai demandé d’une petite voix [comme si je dérangeais] si je pouvais essayer de pousser en étant sur le côté ! être obligée de demander juste pour que le personnel soignant soit à son aise o_O quand j’y repense je me foutrais des baffes !!! ^^

En quelques secondes, le reportage nous transporte en mélodrame : être à 20 kilomètres d’un hôpital reste raisonnable. Ce n’est pas en soi une *prise de risque* car le temps nécessaire pour s’y rendre en cas de transfert est alors rapide. Ensuite on le sait, tous les médecins hospitaliers ne sont pas favorables à l’accouchement à domicile. Pourtant cela ne les fait pas *tous* frémir : en effet, certains praticiens soutiennent les projets de parents et sont prêts à ouvrir les plateaux techniques. -Sophie Gamelin-Consultante

Je sais que ce qui m’inquiète, personnellement, c’est la distance de la maternité en cas de problèmes. Et le manque d’information sur ce choix d’accouchement fait qu’on en a peur.

Qui sait je pourrais changer d’avis si on me rassure et qu’on m’explique bien les choses ! Quand on voit simplement l’aspect proximité, intimité, c’est sûr que l’accouchement à domicile fait rêver, c’est naturel, à l’écoute de la mère et de l’enfant, loin du stress parasite du personnel médical qui entre et sort en permanence de la chambre pour savoir « à combien elle est » !

Je t’invite à découvrir le magnifique travail du photographe qui a accompagné Delphine Massoni lors de son accouchement, Denis Dalmasso.

Et toi, est ce que tu serais tentée d’accoucher à la maison [pas chez moi hein -_-] ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

16 Commentaires

  1. Est ce que vous avez vu ce film qui parle de l’accouchement à domicile ? Entre leurs mains ? Qu’est ce que vous en pensez ?
    Julie

  2. même peur que toi. j’ai mis plus de 30h à sortir Arthur de sa taverne, j’espere que deuz mettra pas autant de temps mais qd même assez pour que je puisse me rendre à l’hopital !!! j’imagine même pas l’angoisse d’être seule à la maison et de devoir pousser !!! pareil il me fait la peri. quitte à camper en bas de l’hopital !!

    • Je pense qu’on peut gérer la douleur comme à l’hopital mais au moment de pousser ça doit pas être évident, surtout pour le papa, la maman elle se laisse guider par son corps.

  3. Merci beaucoup de ta contribution!!
    Il y a fort à dire sur l’AAD… et pour avoir accouché deux fois à la maison, je suis toujours assez surprise (enfin, surprise n’est pas le mot, mais disons qu’il y a un tel écart avec ce que j’ai vécu et ce qu’on en dit généralement) de la façon dont on le présente.
    J’en profite pour te renvoyer au Pearltree des VI sur l’accouchement à domicile histoire de confronter les points de vue… http://www.pearltrees.com/#/N-s=1_4128290&N-fa=3225876&N-u=1_352289&N-p=32936837&N-f=1_4128290&N-reveal=5

    • Merci pour ton retour 😉 et merci pour le lien !

  4. Blablabla..non mais supapapa est OK pour le deuxième ?

    • Ah ben et à moi, tu réponds pas??? grrrr

      • nan parce que t’as des questions cro bêtes 😀
        Tu seras heureuse d’apprendre que supapapa commence à conjuguer le « quand t’auras un frère ou une soeur » quand il s’adresse à supabb, c’est prometteur non ?
        [c’est bon pour vous Mme curieuse ??? ^^]

  5. Pour mon 1er je n’y aurais même pas pensé : personne n’en parlait dans mes connaissances, peu de naissance autour de moi, pas d’accès à internet, … bref j’ai suivi comme un mouton… et beaucoup de choses ne m’ont pas satisfaites, bien sûr !
    Pour le 2ème j’y réfléchissais, très emballée même, mais mon ami n’était pas chaud, inquiet pour les risques pour le bébé et pour moi. Je me suis même renseignée en suisse (on est en zone frontalière) dans une maison de naissance à 3/4 d’heure de chez nous (la mater la plus proche de chez nous étant à 35 minutes …) mais pas possible car l’accouchement était prévu pendant leurs vacances (et coût élevé) ; puis comme il était en siège ça me faisait hésiter. Ma sage-femme m’a dit qu’elle était assurée seulement pour les AAD à domicile d’urgence (tarifs d’assurances professionnels exorbitants, rentable seulement si elle pratiquait énormément d’AAD !). Tout jouait contre moi… Finalement j’ai accouché un 31 décembre en pleine nuit à la mater mais à quelques minutes près l’accouchement se faisait sur une route très sinueuse, sous une pluie torrentielle par des températures négatives et avec mon 1er enfant présent … Si j’étais passé voir la sage-femme avant de partir elle m’aurait dit de rester car le travail était déjà très avancé et l’AAD (dans le cabinet de la SF, presque à la maison quoi !!) d’urgence aurait été justifié, j’ai loupé l’occasion !
    Du coup pour le 3ème j’espérais qu’en passant chez la SF avant le départ elle me dirait de rester dans son cabinet mais hélas cette fois là le col n’était pas assez ouvert…
    Si jamais j’ai un jour un 4ème j’en rêve vraiment !!

  6. Pour ma part, c’est un choix pour mon deuxième (prévu pour dans 2 mois !), masi quie ne sera pas possible faute de sage-femme à proximité. J’en susi d’autant lpus déçue que cela était plutôt pas gagné du coté du papa, un éternel stresé pour un rien 😉

    En dehors de mon choix personnel, je regrette que l’AAD soit présenté comme « dangereux » dans l’inconscient collectif, comme une pratique de « hippie » ou de « baba cool en mal de nature » ou que sais-je encore.
    Je trouve qu’on a trop tendance à présenter l’accouchement comme un acte médical ‘a priori’, alors qu’il est ‘a priori’ physiologique.

    Je pense donc qu’on gagnerait à mieux encourager les connaissances des femmes à ce sujet, sur leur corps, sur le fonctionnement de la naissance, sur la gestion de la douleur sans anesthésie…. afin qu’elles soient moins démunies en cas d’accouchement inopiné à la maison (cf un récit d’une dame qui avait peur que si elle ne coupait pas le cordon, le bébé se viderait de son sang !), et qu’elles puissent choisir MdN (si un jour ça existe…) ou AAD au lieu de forcément aller en maternité.
    Après, toutes ne peuvent pas accoucher dans ce cas. En général, le suivi de grossesse permet déjà de déceler une bonne partie des contre-indications probables. Mais si déjà on « libérait » les maternités des celles qui veulent accoucher de manière + physio, cela ferait de la place pour celles qui veulent ou ont besoin de plus de médical.

    • Tout à fait d’accord ! quand j’y repense, j’avais choisi une maternité niveau 3 par peur d’un souci quelconque et par manque d’information. Au final j’ai eu une grossesse plus que normale, sans aucun souci et un accouchement, long, mais lui aussi très simple qui aurait tout à fait pu être réalisé à domicile, en MdN ou dans une autre maternité. Et j’aurais pu libérer une place pour une femme qui avait réellement besoin d’un suivi particulier
      merci pour ta participation

      • De rien !
        Moi aussi, j’ai été en niveau 2 (influencée par mon mari !) mais j’y ai refusé la péri (ce qui les a un peu interloqué!).
        Sinon, je suis venu sur ton blog par le lien des Vendredis Intellos… En ce moment, dès que je vois ‘AAD’, je rapplique 😉

  7. Tu as tout à fait raison, on parle souvent d’accouchement à la maison comme non voulu, non préparé, et dans le sensationnel (sur le paillasson…).
    Moi, pour un second, c’est une option. Mais trouver l’équipe qui pourrait accompagner un tel projet, c’est pas gagné…

    • J’espère que les choses vont progresser à ce niveau, il y a tellement de choses à faire et si peu de moyens 🙁

Laisse moi un p'tit mot !