Tu es ici Accueil » Vie de supamam » 53 billets en 2015 // Semaine 14 : C’est l’histoire d’une petite fille

53 billets en 2015 // Semaine 14 : C’est l’histoire d’une petite fille

Attention article chialade en vue, enfin surtout pour moi. Parce que depuis quelques jours j’en ai gros sur la patate et que ce sujet tombe à pic (encore une fois, c’est qu’elle est douée Agoaye !)

Alors voilà c’est l’histoire d’une petite fille qui a grandi en pleine campagne au nord de Montauban (82 power), pas très loin de Toulouse. Elle a grandi aux côtés de ses parents et de sa soeur dans une grande maison imaginée par son papa.

Elle a vu évoluer cette maison, d’abord la piscine pour en profiter avec les cousins/cousines et les amis, puis l’extension plus que nécessaire pour gérer les repas de famille et autres anniversaires ! D’ailleurs elle noublie pas qu’ils avaient caché un petit mot dans une des briques lors de sa construction, pour qui ? Sûrement pour dire qu’une partie d’eux sera toujours attachée à cette demeure.
Elle y était bien, c’était sa maison, elle en connaissait les moindres recoins, les meilleures cachettes.
Tu sais que tu connais parfaitement un lieu lorsque, la nuit, tu n’as pas besoin d’allumer pour savoir précisément où tu es.

Elle a grandi avec cette maison. Attention à la cheminée, attention à la marche, attention à l’escalier, attention à la piscine…

Tellement de souvenirs dans ces murs.
Elle se souvient de la lumière un après midi d’été qui venait se glisser sous les volets à moitié fermés,
Elle se rappelle les odeurs de cuisine le dimanche matin,
Elle se souvient des bruits caractéristiques du placard du couloir, de la poignée des toilettes, de la chaudière qui se met en route juste derrière le mur de sa chambre,
Elle se souvient des rires, des pleurs, des surprises, des peurs…

C’est l’histoire d’une petite fille qui n’a connu qu’une seule maison. D’ailleurs dans son smartphone c’est sous ce nom qu’elle est encore enregistrée « Maison ».
C’est l’histoire d’une petite fille qui va devoir dire adieu à ce lieu si cher à son coeur depuis 32 années,

sans pleurer lui dit sa maman, c’est juste une maison

Non maman, c’est ma maison

Rendez-vous sur Hellocoton !

4 Commentaires

  1. J’ai connu ça… La vente de la maison familiale c’est juste terrible. (j’ai même eu l’idée de m’enchaîner à un poteau, si si !!)

    • Avec ma soeur on pense revenir se baigner dans la piscine cet été :p

  2. Bouuuuh je comprends tellement… Mes parents ont été expropries de notre maison il y a 5ans, j’en ai tellement pleuré….

  3. c’est triste

Laisse moi un p'tit mot !