Tu es ici Accueil » Comme on né » Comme on né #08

Comme on né #08

Chose promise, chose dûe…

Revoici ma copine Capucine avec le récit de sa grande sauterelle ! Elle m’a fait confiance pour partager sa triple expérience de la naissance et je l’en remercie beaucoup très super fort ^^
Pour le prochaine article de la rubrique, je t’attends donc, toi, oui toi derrière ton écran, pour partager ce bout de vie avec moi ! Un clic sur le lien et hop on est copain 🙂
A toi ma Kapu,…

comme-on-ne

Me revoilà pour vous racontez la naissance de ma grande sauterelle. Cela remonte à maintenant environ 6 ans et demi. Une semaine avant le terme, un samedi matin, vers 10-11h je commence à avoir mal au dos, rien de surprenant quand on est en fin de grossesse. Avec mon chéri, en tout début d’aprèm, on décide d’aller faire des courses au supermarché (plus de 30 minutes de voiture pour y aller). Dans le magasin, à la fin je peine à marcher, je m’appuie sur mon caddie assez souvent car je commence à avoir bien bien mal. Pendant le trajet du retour je regarde sans arrêt l’heure et je me dis que c’est quand même bizarre, mes douleurs dans le dos sont toujours présentes (en continue) mais il y a des gros pics de douleur qui vont et viennent.

De retour à la maison, je regarde sur internet et constate qu’on peut avoir des contractions dans le dos. Vers 17h, direction la maternité. Après un monito, on m’annonce que c’est un faux travail donc je retourne chez moi (très déçue).

Le soir, les contractions reprennent. Je suis les conseils de la maternité (spafon, bain chaud) et ça ne passe pas. À minuit je réveille donc mon homme et on retourne à la maternité. Comme c’est la nuit il faut passer par les urgences et là on m’indique un ascenseur et un couloir à suivre. Quand j’arrive dans le couloir de la maternité, une sage femme vient à ma rencontre :

– Bonjour madame, c’est pour quoi ?

– Ben j’ai vu de la lumière alors je suis entrée !

Cette fois ci c’est vraiment le début du travail. Chouette on me garde !

Quand c’est possible on me pose la péridurale. Là, avec mon homme on a du mal à garder notre sérieux. Vous connaissez le sketch d’Anthony Kavanagh sur l’accouchement avec le gynéco vietnamien. Notre anesthésiste nous a fait pensé à ça. On en rigole encore quand on en reparle !

Quelques heures passent, ça n’avance pas vite.

Au bout d’un moment, je recommence à avoir mal alors j’appuie sur le petit bouton pour remettre du produit pour la péridurale. Mais la douleur continue et augmente. La sage femme appuie aussi, toujours rien. L’anesthésiste revient et nous dit qu’en fait le produit coule car le système est défectueux, il nous dit que c’est la première fois qu’il voit ça (super !). Du coup il bidouille le truc et me remet une bonne dose de produit. Trop de produit. Je ne sens plus rien, je peux à peine bouger les jambes tellement elles sont endormies !

Donc bien évidemment je ne sens plus du tout les contractions quand elles arrivent et la sage femme est obligée de me dire quand pousser.
Ma petite puce ne descend pas correctement alors la sage femme appelle le gynéco qui utilise les cuillères pour l’aider à descendre.

Il est 7h45 quand ma poupée vient au monde. C’est maintenant une petite (grande) fille que j’aime plus que tout.

Alors voilà, je n’ai eu aucun accouchement de rêve mais mes enfants sont là, les accouchements sont derrière moi. Les douleurs, les peurs de l’accouchement, je les ai oublié ou plutôt je les passe en arrière plan et je ne retiens que les joies. La joie de découvrir ces petits êtres qui ont grandi en moi pendant 9 mois. La joie de pouvoir enfin les regarder, les toucher, les sentir.

Quel bonheur !

 

Encore des milliards de MERCI ma belle Capucine 😉

Et n’oublie pas que tu peux toi aussi venir partager ton expérience de la naissance, et je le rappelle ça ne concerne pas QUE les mamans !
Poke à tous les papas, mamies, papis, tantes, oncles,…

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

3 Commentaires

  1. Poussez Madame, Poussez!!!!!!!!!!
    #MDR

  2. Merci ma supacopine et merci Jackie

  3. J’ai toujours autant plaisir a lire tes récits Capucine.

Laisse moi un p'tit mot !